Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Rendez-vous d’Athéna #4 | Ukraine : requiem pour une BITD

12 avril | 18h30 - 20h00

Avec

Patrick Michon,
CHEAr (SN31), IHEDN (SR 141), et SERA (13eme session)

___

 

➡️ Le verbatim de la conférence donnée par Patrick Michon est disponible ici.

Au temps de l’URSS, l’industrie de défense ukrainienne faisait partie des chaînes d’approvisionnement soviétiques, de sorte qu’un découplage de la BITD implantée en Ukraine avec les autres complexes industriels, essentiellement implantés en Russie, mais aussi dans d’autres Républiques soviétiques, eût été très difficile tant les fournitures croisées de systèmes, de sous-systèmes, d’équipements et de composants étaient importantes.

De grands noms de l’industrie de défense soviétique étaient ukrainiens : Morozov Design Bureau concepteur et Malyshev constructeur de chars dont le célèbre T-34, Antonov, créateur d’avions de transport militaires, le chantier naval Chernomorsky qui était spécialisé dans les grands navires de combat, jusqu’aux porte-avions.

Son indépendance acquise le 24 Août 1991, l’Ukraine a hérité d’une partie importante du complexe militaro-industriel soviétique (environ 30 % du total soit 1810 entreprises qui totalisaient alors 2,7 millions de travailleurs).

En plus des usines et bureaux d’études, l’Ukraine s’est retrouvée en possession de stocks d’armements gigantesques. Une partie importante de ces armes stockées en Ukraine s’est alors évaporée, par perte, par vol ou par des ventes illégales. En 1998, une commission d’enquête parlementaire ukrainienne a estimé qu’un tiers des équipements de l’armée ukrainienne, soit une valeur de 32 milliards de dollars sur un total de 89 milliards, avait été perdu entre 1992 et 1998.

En 2014, la “révolution” de Maïdan, l’annexion de la Crimée et la guerre dite du Donbass dans l’Est de l’Ukraine ont bouleversé les priorités de politique étrangère de l’Ukraine avec une réorientation complète vers l’axe euro-atlantique.

Cette vidéoconférence tentera d’expliquer les enjeux, avant le déclenchement du conflit actuel, de la transformation de l’industrie ukrainienne de défense, passant d’un complexe militaro-industriel fortement intégré dans l’industrie de défense soviétique puis russe à une base industrielle de défense moderne se tournant vers l’OTAN.

Bien que quelques usines publiques de maintenance restent sous l’autorité directe du ministère de la Défense ou de l’Intérieur, insistons sur UkrOboronProm, une holding contrôlant la grande majorité des entreprises publiques de défense ukrainiennes même si la coopération avec les entreprises privées étrangères ou locales sera également abordée. Une analyse des forces et faiblesses de l’industrie ukrainienne de défense sera présentée en conclusion.

A propos de notre intervenant :

Patrick MICHON, CHEAr (SN31), IHEDN (SR 141), et SERA (13eme session) a été pendant 40 ans responsable technique et commercial d’équipements majeurs pour chars de combat et autres véhicules terrestres. Désormais en retraite, il est consultant au profit de plusieurs PME de robotique de défense.

Il s’agit d’accompagner celles-ci dans leurs réflexions et leurs actions stratégiques pour renforcer leur réactivité́ :

  • Détection des besoins urgents des Forces ;
  • Détection de produits de niche ;
  • Identification des synergies et des complémentarités avec des industriels étrangers ;
  • Aide à la militarisation et au durcissement de plateformes civiles ;
  • “Senior Mentor” assurant un rôle de coaching.Collaborateur régulier de la Revue Défense, je suis responsable de la Chronique *Industries de défense*, où ses articles portent sur l’histoire des armements, la géopolitique, les menaces sur l’intégrité territoriale, les équipements des Forces, et la capacité des industries locales à fournir des équipements garantissant l’exercice de la souveraineté.

Détails

Date:
12 avril
Heure :
18h30 - 20h00
Catégorie d’évènement:

Organisateurs

AAT – Association de l’Armement terrestre
AED-IHEDN

Lieu

En ligne